Publié le 21 Février 2011

Se pincer les joues pour mieux croire à leur cavalcade. Elles sont toutes les deux dans la clarté, et moi caché dans l’ombre du champ de blé, chercheur de poésie et d’images, mon appareil en bandoulière. Elles existent sûrement dans ma tête, seulement dans ma tête. L’effet du cannabis ne s’est sans doute pas dissipé. Je viens ici comme en pèlerinage, pour fuir les dialogues sourds de villes amétropes. C’est comme cela, allongé dans le champ de blé sauvage que je me dépêtre des immondices stratifiées au creux des cryptes de ma mémoire. Une décharge à la tonitruance … un peu de magie et de chimie.


Les yeux plaqués au ciel, les bras le long du corps, j’ai entendu leurs pas. Leurs mots lancés, rebondis, rattrapés, jamais une balle perdue. Deux fées joueuses. Et si elles étaient vraies ? J’ai relevé mon corps encore endolori, et au gré des ondulations des tiges souples, j’ai perçu leurs fines silhouettes colorées. Trois mètres nous séparent ou un peu moins. Leur dialogue se fait de plus en plus feutré, elles se font face ; leur échange est maintenant un murmure, un soupçon. La récréation de deux voix fantômes.


Soudain, un cri de joie explose. Serait-ce l’alacrité de l’herbe qui stimulerait ainsi mon imaginaire ? Non, j’ai bien envie de me croire aux premières loges d’une réalité absurde, deux demoiselles se baladent et s’amusent au bord de cette route, au milieu de nulle part, dans le plus pur dédain des dangers et des interdits. Je pense à mes sœurs, je sais qu’elles ne s’aventureraient jamais si loin, même si, selon les lois de la génétique, elles devraient avoir comme moi le cœur un peu fou, le cœur un peu flou, le cœur un peu mou… Le leur est un peu mort, à force de se cacher dans des boîtes aux dimensions humaines, mal acclimaté, il s’est rabougri dans les ambiances intérieures des chambres, des salles de classe, des administrations, des marchés, au-dessus desquelles le ciel se referme et le soleil s’éteint. Ainsi, chez elles, les graines de liberté ne donnent pas d’embryons, elles se dessèchent et perdent toute fertilité.


Les vestiges eux disparaissent avec le temps, comment après je ne sais pas, un faux pas, vous les bousculez (les enveloppes) et elles tombent puis bondissent dans le caniveau sous la fenêtre… Non même pas, elles n’ont jamais eu la chance de sortir dehors, réfléchissez : le caniveau aurait été une fin intrépide, voire même romantique, pour ces zestes de liberté. Ce genre de détritus inutiles et résignés doivent être aspirés par les siphons des éviers, des baignoires, par la spirale de la chasse d’eau. S’effacer toujours un peu plus dans la répétition des gestes quotidiens. En somme, la liberté de mes sœurs : ce surnageant au-dessus de la putréfaction des égouts de la ville. Il reste d’elles quelque chose de mécanique, sans nuance, sans joie, un petit coffre à secrets cadenassé bientôt vide. D'humeur égale, serviables et courtoises, charmantes et discrètes, mes sœurs manquent de cette insolence. Elles ne sont légataires d’aucune extravagance. Mes sœurs sont deux photocopies de la conformité, complètement raisonnables, brillantes et productives.


Moi je suis un homme, et les hommes sont toujours libres. Je peux commettre les pires bêtises, on m’en voudra moins, on oubliera plus vite. Alors, je fais ce qui me plait, quand cela me plait, une loi binaire dont je profite largement depuis l’âge de trois ans. Si si, je vous assure. Quand j’ai arraché le guidon au vélo de ma grande sœur pour me venger de je ne sais quelle remontrance qu’elle m’avait faite — un vélo dont elle était fière, tout rose et à l’effigie de Barbie offert à l’école en récompense de ses bons résultats — elle a beaucoup pleuré, et qu’est-ce qu’on lui a répondu ? De toute manière, tu as dépassé l’âge des épopées à bicyclette, tu es une grande fille, tu ne dois plus sortir jouer dehors désormais. Je vous le dis, j’ai tout juste dix sept ans et j’ai compris depuis déjà longtemps, que là où je suis né, les hommes sont rois. Voilà pourquoi j’ai l’impression de divaguer, regardez ces deux-là qui reprennent leur marche, gracieuses et légères. C’est toujours entre les interstices offerts par la danse du champ que je les observe. Je suis dans l’indécision, tellement ébahi par le spectacle que je n’ai pas envie de le voir s’éloigner. Tellement plongé dans l’ivresse, incertain de mes perceptions que je n’ai pas envie de les confronter à la réalité.

Voir les commentaires

Rédigé par L.

Publié dans #Récit (1)

Repost0

Publié le 20 Février 2011

Il a voulu me retrouver sans attendre. Je crois lui avoir beaucoup manqué. J’étais surprise de le revoir débarquer sans prévenir. J’ai couru me cacher pour le torturer encore un peu. J’ai voulu tester son endurance dans la dernière ligne droite vers nos retrouvailles. Tiendra-t-il ?

C’est un homme de charmes et de chimères, un homme qu’on emporte avec soi. Un homme qui vous manque parce qu’il est introuvable en magasin et que chaque silhouette croisée par ailleurs vous le rappelle.

Je crois l’avoir fait souffrir par mon départ égoïste. Je ne sais plus si je suis prête à être à lui, dévouée. Il y a des jours où je suis un animal rétif et sans concessions possédé par une âme furieuse. Commandée par un besoin d’espace pour explorer sa folie. Il ne pourra pas me suivre partout. Je déplore que les « je t’aime » nous rendent sédentaires. Par peur de se perdre dans la foule de ceux qui n’ont aucune idée de ce qu’on vit, on va plus très loin. On s’embrasse tous les matins, on s’ausculte les jours fériés et on fait l’amour pour meubler les heures d’une existence moribonde où il ne se passe jamais rien en dehors du cocon. Le lit de notre amour, grotesque monticule bordé de défaillances qui nous anesthésie. Ma vie ne s’arrêtera pas l’amour trouvé, qu’il me suive ou s’abstienne de me vouloir. Je ne suis pas ma mère. Encore moins ma grand-mère. Malgré tout ce qu’ils disent je dégrade la filiation. Je cuisine un jour sur deux. L’hiver, il enverra sûrement valser mes soupes froides, mais je pourrais le nourrir d’une avalanche de clafoutis aux pommes si le printemps tarde à venir. Vous croyez que ça ressemble à quoi l’amour en dehors des films ? C’est un  bavardage de grands qui ont la hantise de marcher sur le bord des trottoirs. Ils s’agrippent à une vie qu’ils trouvent trop magique pour la laisser filer par manque de précautions. Des écrans plasma leur gâchent le vis-à-vis et ils n’arrivent pas à voir que leurs désolants efforts sont des couperets déguisés en bannières glorieuses. Si les fils cèdent, ils se transformeront en copeaux asthéniques. Ils auront les enfants une semaine sur deux.

 

Voir les commentaires

Rédigé par L.

Publié dans #Fragments

Repost0

Publié le 19 Février 2011

J’ai envie d’elle chaque minute. Pour moi c’est une attirance inédite. Je ne me lasse pas de sa présence. Nos matins sont tous calmes et sereins, on ne parle pas au matin, on s’alimente des remous de la veille, de nos petites disputes et de nos grandes réconciliations. Parfois je suis à deux doigts d’abandonner ce qui nous lie et dans un éclair de lucidité je lui crie : bordel je t’aime ! Mais elle ne me laisse pas continuer, elle esquive et c’est à chaque fois la même chose : embrasse-moi et tais-toi. Ça finit sur la terrasse deux flûtes de champ’ après, avec nos spectres en sueur, leurs rires enchevêtrés.


Et puis il y a ces soirs où elle s’en va sans rien dire. Alors, je prends place dans le lit à trois places, je m’y recouvre de sa partie de draps comme un moribond pour déglutir ses dernières saveurs. Je dors seul et rêve de sa peau amande douce, de ses cheveux sur mon épaule. Au fond, je ne la connais pas trop sa vie d’avant. Je sais juste qu’elle a vu toutes les couleurs d’hommes. Que les doux et les gentils étaient toujours pris. Elle a eu droit qu’à la brute et au truand. Elle vit dans des reliques et puis malgré ma présence, par moments, elle sombre.


Je n’étais pas fidèle avant de la rencontrer. Je n’aime toujours pas les promesses, mais je suis incapable de me retrouver ailleurs. Elle m’ancre.


J’ai envie d’elle chaque minute.

Voir les commentaires

Rédigé par L.

Publié dans #Fragments

Repost0

Publié le 18 Février 2011

Mélanie Laurent-copie-1

Crédit photo : melanielaurent55.skyrock.com

Le Parisien l’annonçait dans son édition du 14 février, Mélanie Laurent se met à la Chanson.

La sortie de son premier album est prévue pour le 2 mai.

Pour l’heure, elle nous offre le clip du titre éponyme « En t’attendant », et le morceau est téléchargeable quant à lui gratuitement sur son site.


« Une actrice de plus qui chante ? Pas vraiment. Car le premier enregistrement de la comédienne n'est pas une petite chose fragile mais une collection de chansons puissantes, intenses, à l'image de ce premier titre, qui démarre doucement avant une explosion inattendue. 

Mélanie Laurent ne joue pas l'interprète timide dans cet album, elle chante vraiment, se livre tout en finesse à travers des textes qu'elle a écrits, des mélodies qu'elle a parfois co-composées, des morceaux enivrants entre rock et chanson, comme si une héritière de Marie Laforêt fricotait avec des cousins d'Arcade Fire. L'actrice a notamment croisé la route du génial Damien Rice, star irlandaise du folk, qu'elle a rencontré aux Etats-Unis et qui l'a lancée sur la piste de ce disque. Les deux artistes interprètent deux duos magiques, en anglais et français, sur cet album qui sera l'une des plus belles suprises du printemps. » 

Emmanuel Marolle - LeParisien.fr

 

 


 

Mélanie Laurent a trait pour moi à la discrétion, au mystère. Je lui trouve une aura extraordinaire. C’est une actrice du juste ce qu’il faut. Ses postures et son interprétation font la puissance du clip.

Le texte est beau, il est nimbé de cette poésie minimaliste que j’aime. Mélanie Laurent auteure de tous les textes ? J'ai hâte d'en savoir plus.

Attendons mai.

Voir les commentaires

Rédigé par Blue.

Publié dans #Musique

Repost0

Publié le 18 Février 2011

« Tu es sur la même ligne que moi, sur ma droite, côté fenêtre ; c’est histoire d’éviter un sempiternel renvoi pour bavardage récalcitrant. Nous regardons dans la même direction, le stylo accusant à trois centimètres le papier. Dehors, le ciel est de plomb, sombre et écrasant. Il y a nos quatre yeux en madriers pour ralentir l’affaissement. Je le sais, tu cherches sur la face concave les personnages de ton court métrage, il reste dix minutes, nous y sommes, attention ça tourne… Un chat beige porte une souris sur son dos et court derrière un mini lion roux, au bout il y a comme un plongeoir, le lion saute et le chat a peur de la flotte, la souris le traite de gros matou bêta. Une marchande de sable passe par là, et en souvenir de son minet de mari mort noyé, elle vide toute sa cargaison dans la flaque. Le sable avale l’eau, alors gros minou saute, rattrape le mini rousseau et l’attache sur son dos. Le lion est condamné à des travaux forcés, la souris fait sa crise et ne revient pas, la veuve épouse le courageux félin épuisé par la rue, ils coulent des jours heureux sur du sable doré sans une seule goutte d’eau. Coupez ! C’est dans la boîte. Après le clap, il y a la sonnerie, les pieds de chaises qui massacrent le sol tranquille, la procession maladroite qui s’éloigne derrière notre dos et s’engage dans le hall puis explose encore plus bouffonne derrière les carreaux.

Je viens me poser sur ta table, nous parlons cependant les yeux rivés sur l’écran qui veille. Il fait vraiment gris aujourd’hui. Je crois que nos jours se ressemblent et s’assemblent, ils s’emboîtent à vingt-quatre heures. Ce sont les faits hypothétiquement réels, la perception, elle, est différente. Pour moi, c’est un jour chasse l’autre et que le meilleur gagne. Alors que toi, tu te perds dans le foutoir du débarras temporel.

Disparu l’Éden des chaudes nuits d’été où l’on se racontait tout, jusqu’à nos idylles invisibles, allongées sur trois mois. Retenues en otages par ces vrais-faux sentiments pétris d’ingrédients floués, un visage lointain, un profil ombré, une silhouette que notre regard n’arrive pas à rattraper. C’était hier.

J’ai quinze ans. Contre son corps je ne suis plus qu’une épave.

J’ai quinze ans.

Si tu pouvais lire en moi, comme avant, tu saurais que j’ai changé, tu devinerais que je ne peux rien laisser dépasser, rien laisser s’échapper de mes yeux, ni la joie, ni l’amertume, je dois toujours gommer les creux en dessous. Tu es mon aube, il est devenu mon immersion. Une phrase m’a écorché les lèvres, elle n’est pas sortie ; je brûle à l’intérieur, quand il m’embrasse dans le cou.

Je fugue, et ma nuit ne devra pas déborder sur mon bonjour.

Quand vient le soir, ma vie mensongère amorce. La vie que je te cache, la vie qui me fait exulter et qui m’angoisse. Quand vient le soir, je m’arrache au jour, à la vie bien rangée, à mon uniforme sage, à l’image qui s’y attache, image d’une fille bien disposée à atteindre le sommet.

Je fais des nœuds avec les fils qui pendent du couvre-lit pour me souvenir du nombre de fois.

Ce soir encore, le devoir terminé, je rentrerai dans le lit. Je t’y trouverai recroquevillée, la main serrant fort ton livre, comme j’aurai du mal à te l’enlever, tu te réveilleras. Tu t’ouvriras et tu me serviras un tiers de drap accompagné d’une demi-douzaine de questions sur mon escapade de l’après-midi. Moi, j’attraperai le drap et j’esquiverai.

Je l’aime. Pourtant, je crève à petit feu parce qu’il n’y a plus de nous qui tienne, du moins pas de nous vivant, il me vole à toi. Il y a des restes, un nous en pièces fracassé comme un miroir sur le sol pour sept ans de malheur. J’aimerais marcher à l’ombre et sans superstition, nue sur le verre, loin devant la folie de l’amour, sans douleur, bien au-delà de la dévastation. Mais je n’y arrive pas.

Notre amour est désormais un amour tribal transcendant où tout se transforme et rien ne s’abîme, en moi. C’est un amour après la mort. Un amour à l’âpreté distillée, c’est un amour évolutif, un passage obligatoire pour trouver la bonne vague, pour réveiller les muscles de mes bras endoloris et sortir de l’eau.

 Je suis dans cette phase hydrique. Dans le tunnel vertical qui me mène à la surface, je suis la fille qui s’ébouillante en remontant la cheminée magmatique, la fille qui n’est pas frileuse et qui brûle. Pour survivre, elle doit écrire, pour se soulager elle doit atteindre l’air ; elle doit s’expliquer quelque part, surtout pour regagner l’oxygène et sauver ses poumons de l’asphyxie.

Je me souviens de chacun de ces instants où mes yeux, guidés par mon cœur, veillaient à être à sa portée.

Je te raconterai nos parties de tennis à Zéralda.

Il aime voir le ciel se farder de nuages, s’injecter de gris bleu, lever les yeux vers le plafond congestionné, se fondre dans l’ambiance que créent les arbres tremblant autour de son jeu, alors qu’il s’extasie en frappes rugissantes. Je me plais à revivre ces images, à imaginer encore une fois le foisonnement de cris orgasmiques surmontés par leurs propres échos, puis les bruits sourds des balles rebondies sur le bitume vaseux. Dans mes souvenirs, nous dansons ensemble sous la pluie, et nous nous serrons l’un contre l’autre dans l’onctuosité de nos vêtements trempés. C’est dans ces moments-là que le temps de dehors réveille mon temps intérieur, mon hiver se réchauffe, et l’eau, l’eau de l’orage, l’eau qui descend du ciel galvanisé, l’eau qui suinte de mes cauchemars et déborde de mes fous rires, rejoint les sillons de la douleur. C’est là que tout conflue. »

Voir les commentaires

Rédigé par Blue.

Publié dans #Récit (1)

Repost0

Publié le 16 Février 2011

La plage est vide. C’est un peu normal, nous sommes en mars et l’eau n’est pas tout à fait prête à accueillir par flopées d’intrigants baigneurs  pour notre plus grand bonheur , même si la chaleur s’avance déjà par des prolongements de soleil assommants.

La plage est vide et nous en faisons notre lieu d’épanchement, de délivrance. Nous pénétrons à deux le bleu céruléen, l’immensité nous fait face et nous nous baignons dans le philtre-même de notre baptême. C’est ici que pour la première fois nous nous sommes embrassées il y a trois mois. Un jour de janvier. Un jour d’anniversaire. Le mien. Je lui faisais les yeux du poisson qui aurait aimé être accroché par son hameçon. J’étais paraît-il l’aubaine à ne pas laisser passer. Elle a été mon cadeau. J’étais la pauvre idiote nourrie d’espoirs troublants. Elle devant la mer m’entourait de ses bras. J’avais enfin pu effacer le souvenir de l’absence. C’était comme une revanche sur ma déveine.

Je vais mieux depuis il me semble. Avant j’étais un peu capricieuse, susceptible. Impossible à retenir. Rêveuse et paresseuse puisqu’à l’évidence ça va de pair.

Dans le corbillard qui avançait sans but précis j’étais la fille du fond, travestie dans l’écriture, vivotant dans la marge du réel. Les idées roulées en fibres inséparables.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Blue.

Publié dans #Récit (1)

Repost0

Publié le 14 Février 2011

 

« Un cendrier fume deux cigarettes à la fois. Calées de part et d'autre de son sourire circulaire et édenté, elles jettent leurs longues tiges inconsistantes. Et nous, assis derrière la petite table de la terrasse du bistro, nos mouvements parfaitement synchrones, un miroir entre nous qui nous reflète à l'infini. Deux lignes parallèles : attraper le petit tube de tabac bien tassé, avaler la fumée qui jaunit le filtre et les dents, une pichenette impersonnelle pour effriter la cendre, puis écraser le mégot et allumer une autre cigarette.


Un cendrier fume deux cigarettes, qui, coincées dans ses petites bouches, jettent leurs longues tiges immatérielles. Et nous, assis derrière la petite table de la terrasse du bistro, nos mouvements synchronisés comme une chorégraphie des Claudettes, un miroir entre nous qui nous reflète à l'infini. Deux lignes qui fuient et ne se rencontrent jamais.


Un cendrier fume deux cigarettes. Une main s'approche qui lui en colle une troisième dans le bec, une cigarette avec une trace de rouge à lèvres vermillon. Puis une autre et encore une autre et mille autres ; mordues de rouge, de rose ou d'orange, jusqu'à ce que le cendrier ressemble à une partie de Mikado. Jusqu'à ce que le cendrier hérissé d'une barrière de corail, soit aussi plein de poudre âcre et métallique qu'une urne funéraire. »

 

Alizé Meurisse — Roman à clefs.

Allia. Janvier 2010.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Nuit bleue

Publié dans #Des livres plein les mains

Repost0

Publié le 14 Février 2011

      Je parle à l’homme poisson de comment je l’ai trouvé.

Sur le sol brillant et plastique, il y avait trois bandes en couleur, rouge, bleue et la troisième je ne sais plus trop. J’ai suivi leur parcours, et je suis arrivée là, devant votre mur blanc, habillé de mots gris.

Ce soir, je pleure de vous lire. Mais vous vouliez que l’on se tutoie, pardon, je n’y arrive pas.

J’aime vos mots parce qu’ils réveillent la douleur, la défient avec désinvolture, légèreté, ils s’en amusent, s’en délectent, y découpent des confettis pour que le bruit du papier nargue la solitude.

« À force de tourner en rond dans un bocal on doit avoir les idées qui dégénèrent. Dans une boîte c’est pareil, sans la transparence et sans l’arrondi, quoique. »

J’ai lu votre vie un peu comme un livre qu’on ouvre au hasard, pour la beauté du geste, parce que chaque fragment est bouleversant et intemporel. Je m’en veux de parler à qui ne m’entend pas, parfois c’est un manque de présence, et parfois un manque de sensibilité.

Je me confie à l’homme poisson, lui parle de l’autre.

C’est fou, j’ai l’impression de vivre sur une autre planète, mal ancrée, en apesanteur, dans les nuages, candide indifférente à la matérialité de la Terre. 

Il m’a dit : je crains de ne plus croire en la beauté des âmes. À croire que je n’attire que les blasés, ceux qui sirotent leurs désespoirs et rêvent de contingences, la tête posée sur mon ventre. C’est une image. Moi, je rêve d’un mentor et de rien d’autre, je fantasme d’un lien qui transcenderait toutes ces interactions faites de regards prédateurs et de bouches séductrices, menteuses.

Je veux être la muse et l’œuvre d’un homme torturé sur qui j’aurais tous les droits, à qui j’appartiendrais absolument, en demeurant libre.

Je parle à l’homme poisson de comment je le vois.

Lorsque je me perds dans vos billets, j’y vois un petit garçon dont le cœur grossit à force de s’emplir de vie et d’émotions ; un jour il remarque que la masse a trop grandi, qu’il y a même un renflement apparent. Alors, il prend peur, il craint que les Autres devinent la métamorphose, que leurs yeux inquisiteurs lui arrachent son secret dans une giclée d’hémoglobine.

Il court dans les ruelles de la ville, rase les murs, se cachant de la meute. C’est dans les escaliers d’un immeuble en travaux qu’il rencontre une main miraculeuse. Née de la nuée, elle lui essuiera les joues tendrement et lui expliquera d’une voix apaisante comment distiller son encre, comment se libérer enfin du chagrin grandissant d’être né.

Voir les commentaires

Rédigé par Nuit bleue

Publié dans #Fragments

Repost0

Publié le 13 Février 2011

Rédigé par Nuit bleue

Publié dans #Playperso

Repost0

Publié le 12 Février 2011

 

Il est revenu de son voyage. Mon fennec sort lorsque le jour s’enlise ; le soir venu, ses oreilles s’étalent en satellites. Se réveillent. Il a les oreilles plus grandes que tout, à elles réunies plus grandes que sa tête. Le fennec cherche un bout de ciel à ramener dans son terrier. Il me veut pour assaisonner sa nuit. Le fennec est un homme d’opportunités.

Je vais à sa rencontre après que maman ait avalé sa verveine dans laquelle j’ai noyé une pincée de bromazépam. Avec ça, c’est même pas la peine de sortir sur la pointe des pieds. Je porte un imperméable bleu foncé qui a une capuche et dont je me recouvre pour éviter d’être reconnue, sait-on jamais. Il commence par m’ouvrir la porte de sa 2CV.  Puis nos lèvres se saluent, ma main gauche rejoint sa main droite sur le levier de vitesse. Première tendresse. Première.

Voilà notre carrosse à la couleur des citrouilles qui se trémousse sur les reliefs de la ville, s’engage dans ses descentes démesurées et tortueuses. Fractales dégénérées. Encore accrochés aux sommets, on admire la mer qui disperse ses incantations. Elle est surprenante.

La mer fait sa déesse. Rehaussée de jeux de lumière lunaires, elle se croit exceptionnelle. Le pire c’est qu’elle a raison. La mer et son amant bleu constant sont les antidépresseurs de 35 millions d’habitants. Dieu fait les choses fabuleusement. Il ne lâche jamais un peuple dans la pagaille sans compensations.

Boulevard Che Guevara, minuit. Quelques papillons de nuit affriolés tournent autour des lampadaires. Les bancs sont désertés de ce côté-là, à cause de la bruine et du bruit des vagues conquérantes qui se disputent le sommeil fragile de l’infortuné vagabond.

Il stationne, passe devant les phares fatigués du carrosse. Ils lui surlignent la chair fripée sous les yeux, mais flattent sa carrure dans ce cardigan à la mode. Il m’ouvre la portière, je descends. Je suis reine de ma nuit. Je me promène, les cheveux éparpillés au vent et mes pas se répercutent à peine sur les motifs quelconques du balcon sans fin d’un littoral jalousé et triste. Je suis légère, parée pour l’envol. Il me suit, à pas ordonnés, lents. Sa marche est une prophylaxie, une marque de respect à mon désir de distance. C’est seulement lorsque je m’assieds sur la balustrade qu’il accourt. Par précaution, de peur qu’une divagation poétique — transportée par l’écume — n’arrive et ne me renverse.

Je l’intéresse beaucoup, je le sais ; et c’est parce qu’il me sait encore seulement en surface. Il voit comme tout le monde ce teint caramel, ces yeux acides qui font renoncer les demeurés non suicidaires à répandre leur bagout dans mon espace vital. Il ne voit que ça pour l’instant et ose imaginer le reste. Il ose m’espérer carrée sur le transat de sa mélancolie. Une fille à prendre, à apprendre, à désapprendre, mais à ne pas abandonner, se dit-il certainement. À ne pas abandonner avant d’avoir pris toutes les photographies possibles. Ou peut-être est-ce la couleur et l’odeur de mon sang qui l’intéressent ? Après tout, peut-être que c’est un homme ordinaire qui ne vise que sous ma jupe à travers les minitrous de la broderie anglaise. Comme tous.

Combien pèse un hymen dans leurs regards affûtés ? Quelques microgrammes. Moins lourd que l’envie de le dépenser. À mes yeux, des démêlés houleuses sous le capot, enfin… mon crâne. Et l’annonce de la délibération se fait à chaque fois sur un pincement de lèvre inférieure par la pointe d’une canine masochiste.

Pourtant, je sais caresser, je sais embrasser, je sais convoquer des ambitions impénitentes. Seulement, je ne le fais qu’en secret, en solo, avec lui, sur les photos. Répétitions rigoureuses en vue du grand spectacle, gloussements de sirène devant la rivière de Narcisse.

Le fennec se fâche lorsque je doute ouvertement de son originalité. Les jours ne sont pas pareils, comment voudrais-tu que les hommes soient les mêmes ? me lance-t-il. Oui… si ça se trouve, il est pire que pas différent : c’est un psychopathe qui, derrière l’objectif, marmonne entre ses babines fourbes que je suis « sa petite vierge insupportable » et qu’il me préférerait dans un bouge reculé allongée sur le ventre en déshabillé rouge, les jambes occupées à réorganiser la poussière ambiante d’un balancement aimable façon pin-up des 60’s.

Voir les commentaires

Rédigé par Nuit bleue

Publié dans #Récit (1)

Repost0