Publié le 15 Juillet 2011

 
Chaque matin, je fais mes yeux se promener sur l’espace encombré de ruines. Je ne pourrai pas m’en défaire. Non, je ne pourrai pas. Je resterai fixée à sa trace, des heures blêmes sur le seuil de la maison, à ruminer ses paroles. A ressasser le moindre de ses gestes, avec sur ma langue ses mots, jolis mots à l’âpre zeste. Le moindre effleurement de nos peaux, avec au creux des mains ses mots, jolis mots en brasero. Je finirai par lui dire tout ce que j’ai enfoui par excès de pudeur, devant ses mots, jolis mots en fleur. Qu’après lui ce fut le déluge versé sur mon visage, face à ses mots, fielleux démons dans mon sillage. Par-dessus notre histoire, il ne restera que ma folie suspendue. Découpée sous lexomil en lexèmes inintelligibles. Ainsi, je me parerai pour quelques jours encore de ses mots, petits bijoux d’occasion. Négociables. Recyclables. Et de leurs débris compostés, je fabriquerai une corde pour boucler la tragédie. Sur nœud coulant.

 

***

 

Chaque matin, je me réveille avec l’image de sa bouche en tombeau ouvert et de la mienne en sarcophage. A exhumer. De ses bras aventuriers, il fait glisser la pierre tombale sur les restes de ma douleur. De ses mains aventureuses, il soulève un nuage de poussières volages et nous habille de retombées argentées. La sépulture gâchée dételle alors une coterie d’insectes anthropophages. Elle convoite ses commissures. Et c’est là que. Mes doigts incarnent sur le bois du lit, l’érosion du souvenir. Usure. J’ai ses méandres sous les ongles. J’ai la peau de son fantôme au bout du compte. Et dans le serrement de mes poings grelottent d’ultimes veinules à ensevelir.

Voir les commentaires

Rédigé par L.

Publié dans #Fragments

Repost0

Publié le 14 Juillet 2011

Je suis absente et je m'en veux.

 

Depuis Paris je n'ai pas pu trop me connecter et puis j'ai perdu toute notion de temps.

 

Je tenais cependant à partager un texte que j'avais écrit à partir d'une série photographique de Fabien Gaudichau.

 

>> link <<

 

De nos échanges pourrait naître une collaboration texte/image plus étoffée.

A suivre donc...

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par L.

Publié dans #Journal

Repost0