21e

Publié le 5 Mai 2015

... dans ma ville pour se sentir libre, il faut mentir ou vivre caché. Pour réussir à se cacher, il faut imiter les caméléons afin de se déplacer sans se faire remarquer, cela revient à se fabriquer une apparence inspirée de l’atmosphère générale et se fondre subtilement dans le décor. Et l’on jongle ainsi entre plusieurs rôles de place en place, histoire d’être apprécié du plus grand monde et surtout ne jamais défrayer la chronique. Rares sont ceux qui osent s’affirmer au risque de déplaire, et c’est là le triste désaveu de la personnalité. Car ici plus qu’ailleurs, le nombre rassure, le groupe protège, la foule galvanise.

Rédigé par L.

Publié dans #Récit (1)

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Youss 16/05/2015 16:14

je sais nier la douleur, je sais nier le chagrin, je sais nier ce qui ne va pas en moi, cette peau sensible qui prend tout, la peau buvard qui fera écrire, qui fera raconter, qui fera rougir aussi..
nina bouraoui "mes mauvaises pensées"

L. 18/05/2015 00:02

Bonsoir Youss,

Justement, il y a des jours ou des soirs où "on ne sait plus nier".

Merci d'avoir laissé une trace de votre passage.
Merci pour les mots de Nina que j'aime beaucoup <3