Prun'L.

Publié le 26 Juin 2012

Prune-Periodebleue-Delphine-Cossais

 

Prune c’est un peu une rencontre miroir. Tout de suite j’ai vu danser au fond de ses yeux les lubies de Lisa. Et Lisa, Lisa c’est un peu moi.

Quand j’entends ses mots, j’ai l’impression qu’elle a offert une voix à mes pensées noctambules d’autrefois. Celles qui ne se montrent désormais plus. À force de fracas.

« Toutes les deux on pourra faire beaucoup de choses », très tôt, elle m’a dit ça. Le genre de phrases qui réveillent brusquement ou alors font croire que l’on rêve éveillé. J’aurais pu l’exprimer, à d’autres, en d’autres lieux, en d’autres temps. Je l’ai sûrement formulé silencieusement à maintes reprises et gardé pour moi. Ou pas. Qu’importe ? Ce qui est sûr, c’est qu’à force de se frotter à des personnages gris et blasés, la spontanéité s’écaille de nos murs par plaques clémentes. Parallèlement, nos rubans d’utopies polychromes se flétrissent. Ca nous fait glisser gentiment dans une déco ultrachic & dépitée.

Prune est différente. Elle donne envie de revisiter le double-fond de toutes les valises abandonnées. Prune est étincelante. Elle te tend une flamme qui ranime tes appétits. Prune est vivante. Elle sait le temps qui s’enfile à reculons sur l’autoroute de tes ardeurs. Prune a visé pile dans le rétro de mon bonheur.

 

« Ce que je ne veux pas c'est une vie ordinaire / Je veux que tout soit magique / L’art m'attire / Je suis amoureuse des esprits volatils / Des esprits sans cesse émerveillés / Des esprits toujours positifs / J’aime la sensorialité, la sensualité… » P.

 

 

 

Peinture : Delphine Cossais.

http://delphinecossais.typepad.fr/

Rédigé par L.

Publié dans #Journal

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article