Petit tailleur

Publié le 17 Février 2013

Petit tailleur-affiche

« Petit tailleur » est le second film réalisé par Louis Garrel, il arrive après « Mes copains », court-métrage livré en 2008. Il s’agit cette fois d’un moyen métrage de 44 minutes, sorti en 2010. Un film en noir et blanc, commis façon nouvelle vague, pourrait-on dire.

À ce sujet, le réalisateur explique lors d’un entretien accordé à AlloCiné, qu’il était tombé sur une phrase de Truffaut qui disait qu’il pensait que le film en noir et blanc reviendrait à la mode parce que la télévision étant en couleurs, et que les gens aimant aller au cinéma pour se dépayser, ils aimeraient aller y voir des films en noir et blanc. Sauf que le noir et blanc ne revient pas à la mode du tout, constate Louis Garrel, traduisant son choix du noir et blanc par le fait qu’il voulait réaliser un « conte ». Un conte à raconter en images mouvantes et qui ne prenait pas racine dans la réalité actuelle : parce qu’on aurait du mal à imaginer un gars qui soit tailleur maintenant. Le noir et blanc vise plutôt à rendre l’histoire intemporelle, puisqu’il s’agit d’un conte qu’on ne peut dater. « Je pense que le noir et blanc ne filme par la réalité, il filme une transposition de la réalité. », précise-t-il quant à son film.

Le synopsis en est un merveilleux avant-goût, car il est pareillement à l’œuvre, saccadé, haletant du fait des anaphores, très mystérieux et perpétré avec comme une touche impressionniste : Il y a Evelyne qui aime Albert, qui aime Arthur, qui aime la fille qui fait l'actrice, qui aime l'homme qui conduit le cabriolet. Il y a la nuit qui n'aime qu'elle-même, et puis la mort qui n'aime qu'une fois. Il faudrait plus de souffle pour embrasser tout le monde et plus de temps pour ne vexer personne...

 

 


 

 

 […]

La suite est à lire sur : www.ubumag.com

>>>   link   <<<

Rédigé par L.

Publié dans #Ciné-feeling

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article