Nocturne 2e

Publié le 7 Septembre 2012

l_amour_l_amant_et_les_passantes2-copie-2.jpg

 

assiégés nous étions assiégés et c’était sans déplaisir mais depuis nous nous sommes tristement acquittés de bien des espérances déjà quelques mois avant toi je ne croyais plus trop en la franchise des mots émiettés çà et là disposés en appâts pour jeunes âmes virginales je ne dissimule plus rien de mes doutes de mes craintes de mes ardeurs déconfites quand la nuit tombe et imbibe l’étoffe blême sous ma joue mauve de contrariété heureusement les matins de flanelle détrempée exhibent parfois un arrière-goût de dune

 

mais

la nébulosité du soir revenu objecte vite que les minutes ne sont plus le capital pâteux du filtre à cafetière le jour est dissipé et aucun parfum ne distrait alors l’optimisme en pâmoison c’est là qu’on se quitte

 

pourtant

je voulais des pivoines dans mon jardin

entérinée la gentillesse trompeuse toutes les paroles caramels ramollis par le temps au fil du mois d’août de l’été les souvenirs des territoires rebelles je n’y suis qu’en balade quinze secondes c’est comme si nos mots et nos voix nos syllabes nos voix recouvraient nos corps réimprimaient leurs éraillures comme lorsqu’on s’embrasait en travers des alinéas je ressens maintenant tes petits souffles froids sur mon ventre de nouveau nos vies emmêlées

 

peut-être

nous avons captivé le présent il nous a capturés à jamais

 

Image : L'amour, l'amant, et les passantes.

http://scanman.blogspirit.com/

Rédigé par L.

Publié dans #Fragments

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article