Nocturne 1e

Publié le 2 Septembre 2012

je me souviens du chemin de nos deux voix de banlieue en banlieue en bord de saison  la nuit toi à ta fenêtre grande ouverte allongé sur le lit au centre de la chambre avec des livres tout autour sur les étagères moi assise à mon balcon avec devant les tuiles d’en face changées sous le feu des réverbères circulaires qui dans le néant du parking sont comme des lanternes attisant le génie d’une lande enchantée combien de diamètre à ce cordeau de nuit délicat de fils de ronces d’épines de roses qui nous cajole tendrement nous met en cage

 

Rédigé par L.

Publié dans #Fragments

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sophie H. 11/09/2012 22:24

J'aime beaucoup l'idée d'absence de ponctuation, elle laisse le choix au lecteur. Associer certains groupes de mots ou non, lire rapidement ou alors décomposer, se laisser emporter par les
sonorités ou alors s'attarder sur chaque mot.

L. 13/09/2012 10:05



Tu as tout compris de ce que je voulais, j'aime quand le désordre des mots dessine comme une cartographie secrète.


Tes lectures me sont précieuses.


Merci toujours.



... 11/09/2012 04:06

Ce texte me laisse une impression particulièrement. Essoufflant, psalmodique, parfaitement bien senti!

L. 11/09/2012 18:23



Merci, ça me fait très plaisir que vous fassiez autant attention, à tous les détails :)