Je t’ai balancé du sable dans les yeux

Publié le 17 Juin 2012

Hier, j’ai eu envie de lui dire : « Je t’aime sur la bouche, et je ne sais pas trop depuis quand ». Mais j’ai eu peur. Peur qu’il ne se transforme en amphibien. Me prenne par les chevilles, m’attire dans l’eau. Trouble de son désarroi.

L’amour se nourrit de mystère, croît dans l’ombre ; tout comme les plantes chlorophylliennes avalent du CO2 et bronzent pour pousser, mon amour grandit dans le sous-bois de ses vocables enchevêtrés.

 De ses valses nocturnes toutes décaties. Qui s’éteignent au matin contre la joue caressante de biscuits mous aux brisures de chocolat.

 

*

 

Je crois qu’au creux de nous, quelqu’un est mort.

L’indifférence licorneuse s’est enfuie virevoltante.

Avant. Elle a sifflé avec inélégance toutes les liqueurs acidulées entreposées sur le podium de mes défaites.

Petite furie ! Elle a fait de mes échecs des babioles à engloutir.

 

Et puis elle m’a balancé du sable dans les yeux pour que je ne la voie pas partir.

 

 

 


 

Rédigé par L.

Publié dans #Journal

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article